Suikoden 1, ma review d’il y a dix ans

Six ans après avoir joué à Suikoden 1, j’en avais fait une review, et c’était il y a 10 ans. Vertigineux. Soyez indulgents. J’ai un peu lissé le style pour expurger les private joke que je ne suis plus capable de comprendre et quelques trucs résolument idiots.
(c’est objectivement hyper mauvais mais ça m’a fait assez rire pour que je la cache pas sous un tapis).

Attention, ça SPOILE car déjà en 2006 les spoilers me faisaient rire. (rappel : cette merveille est à 5 balles sur le PSN !)

I Lose My Internet

Test de Suikoden premier du nom, platte forme : playstation première du nom aussi.

Pourquoi ? Parce que je viens de me rendre compte que je possédais encore la ROM *tousse* de ce jeu et que voilà. Je vais essayer de faire un plus mauvais test que sur Something Awful, tiens.

Suikoden est un jeu vachement bon, puisqu’il pille le background culturel chinois et se moque des Français. La 3-D y est cependant hideuse puisqu’elle n’a que deux dimensions. Le jeu a été fabriqué à une époque ou seul Evariste avait Internet.

L’action se déroule dans un empire de merde ou l’Empereur Barbarossa (Qui est donc un nazi) est devenu méchant. heureusement, vous incarnez un muet avec un bandanna qui va le remettre à sa place. En chemin, vous exterminerez des dragons, des elfes, des kobolds, des nains, et votre propre père. C’est lollant. (nd zali 2016 : n’essaye pas d’être drôle zali 2006, tu y arrives mieux quand tu n’en fais pas trop)

Milichoppenheimer01

(nd zali : là par exemple en légende de la photo y’avait une blague sur les gays qui n’a pas bien vieilli)

A la tête d’une bande de pouilleux dans un château hanté, vous allez devoir venger la mort de votre ami TED (HAHAHAHA J’AI SPOILE LES DIX PREMIERES MINUTES DU JEU !) de votre amie Odessa (AHAHAHA LA PREMIERE HEURE), de votre ami Gremio (HAHAHA LA MOITIE DU JEU !) et de votre ami Mathiu Silverberg (HAHAHAHAHA FOR THE LOL J’AI TOUT SPOILE !).
Finalement on découvre que c’était juste une engueulade entre cette conne de Leknaat (« gentille » sorcière) et cette conne de Windy (« méchante » sorcière) qui a causé toute la merde.
Il y a aussi des ninjas, des dimensions parallèles, des voyages dans le temps, des vampires, des nains, des elfes, des kobolds, des samurais, des zombies, des fantômes.

12
Comme le héros ne parle pas, fais tes répliques toi-même, dans ta chambre. Répond « Suck my stick » à cette nunuche de Cléo !!!!!11 (nd Zali 2016 : c’est le genre de trucs que j’ai expurgé de l’article, j’en ai laissé un pour que vous compreniez)

Le principal intérêt du jeu est de proposer le recrutement de 108 personnages dans votre armée. Bien sûr, la plupart vous feront suer des litres avant de vous rejoindre. Eh vas-y que je te rejoins pas si t’es pas niveau 50, eh vas-y que je te rejoins pas si j’ai pas 4 elfes avec moi dans l’équipe. Connards, oui !

La plupart de ces personnages sont extêmement UTILES au scénario du jeu. Citons ainsi un constructeur de baignoires, un type qui permet de changer la fenêtre de dialogue (et qui s’appelle Window et qui ressemble à Bill gates avec un Chapeau), un cuisinier qui se bat avec une poële à frire ou encore un Peshmerga.

peshmerga01
Lune écarlarte, Kurdistan, même combat. (nb zali 2016 : en 2006 j’avais déjà une fascination/admiration pour les bataillons de féminins au Kurdistan).

Le système de combat utilise une 3D trisomique (nd zali 2006 : qu’est-ce que j’étais drôle) déjà dépassée à l’époque mais on s’en fout, quand on pense au nombre de débiles qui trippent sur les graphismes de FF6 on peut bien trouver le système de Suiko 1 profond et magnifique. Il repose sur des équipes de six personnages dont certains partagent des affinités et peuvent faire des attaques communes.
Ne vous embêtez pas avec ça, mettez le protagoniste avec le personnage du nom de Kai. C’est l’unite la plus puissante de tous les Suikoden, voire de tous les RPG, voire de tout ce plan de la réalité. Et bourrez le reste de votre équipe de mages surpuissants. C’est la philosophie Suikoden qui veut que de toutes façons, il ne faut pas trop fatiguer le joueur avec les combats, ce qui est important ici c’est l’Histoire. Donc le jeu est extrêmement facile, a part quelques passages extrêmement usants pour les nerfs, et d’autres ou des monstres superforts se mettent à attaquer (ahh la forêt des kobolds !) alors que toutes les autres créatures rencontrées -boss compris- sont de grosses brèles.

Kirkis_Sylvina
Il est malheureusement impossible de tuer Kirkis et Sylvina, alors qu’on peut choisir de buter des gens autrement plus charismatiques, comme Kwanda Rossman.Kwanda_2> »surtout ne pas respirer ! »

(nb zali 2016 : qu’est-ce que j’avais contre Kirkis et Sylvina, je ne sais pas, je n’étais pas digne de leur bonheur il faut croire).

J’arrête brutalement mon test parce que j’en ai marre.
Bande de Qlons (nd zali 2016 : celle-là elle me fait encore rire par contre).

Une réflexion au sujet de « Suikoden 1, ma review d’il y a dix ans »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :