Anime Was a Seasonal Mistake, Printemps 2010

Assez fouillé dans le passé lointain, et en avant vers une période plus contemporaine, ou, faute de temps (période très très chiante de ma vie pro, avec énormément de déplacement en train), je n’ai pas regardé autant de trucs que j’aurais voulu. Néanmoins, c’est une bonne cuvée. Je ne parlerai, comme d’habitude, que de ce que je connais un minimum.

PETIT ECRAN

Angel Beats!

Angel Beats!

Unpopular opinion, mais moi j’aime pas trop les trucs ouin-ouin de Jun Maeda. Angel Beats souffre d’une réalisation un peu poussive, d’un chara design très *beurk, question de goût* et d’une intrigue sans queue ni tête. C’est pas du tout ma came, mais c’est tellement hypé par plein de gens si ça se trouve c’est bien.
En gros, c’est le début de la vague des « je me réveille dans un monde parallèle/MMORPG/prison avec des règles farfelues et je vis des trucs ». Là, c’est des gens qui sont morts, se réveillent dans un lycée-prison et ont pour mission de tuer une sorte d’ange immortel, du tragicomique s’ensuit. Bof.

K-On!!

K-On!!

La saison 2 des petites filles qui font du rock. Étrangement, je ne l’ai jamais regardée, alors que j’avais adoré la première (parce que tranche de vie et gens en train de travailler, vous connaissez la musique), mais je sais pas, je me garde ça pour un moment de déprime, je crois. A priori c’est bien meilleur que la saison 1.

Ichiban Ushiro no Daimaou

Ichiban Ushiro no Daimaou

OH BON SANG C’ETAIT NUL CE TRUC. Huerrrr je suis un démon, des culottes partout huerrr. Voilà, non sérieusement, on est pas des bêtes.

Arakawa Under The Bridge

Arakawa Under the Bridge

Voilà qui est nettement plus intéressant ! Avant l’excellentissime Saints Young Men / Les Vacances de Jésus et Bouddha, l’excellente Hikaru Nakamura livrait un manga de jeunesse totalement rafraîchissant et original mettant en scène la vie d’un groupe de marginaux excentriques sous un pont de Tokyo, et de la difficile intégration d’un Taro Yamada du coin à leur quotidien loufoque. Le manga a été adapté en deux saisons d’excellente facture.
Arakawa Under The Bridge, c’est avant tout un casting de personnages complètement gueudins (un tueur habillé en nonne, un chanteur minable avec un masque d’étoile de mer, un kappa, des jumeaux-robots, et une héroïne incroyable, persuadée d’être originaire de Vénus). Toujours drôle, toujours sensible, c’est à la fois un plaidoyer pour la différence et les bienfaits de la vie en communauté au-delà de la simple question « est-ce que c’est grave d’avoir une tête de poulet ? ».
Une oeuvre rare, à recommander à tous ceux qui ont envie de passer un peu de miel sur leur kokoro. (notons que sans raison particulière le manga reste encore et toujours inédit chez nous)

Rainbow

Rainbow: Nisha Rokubou no Shichinin

Je n’ai pas vu l’animé de Rainbow mais lu le manga, et pleuré des larmes de rage et de tristesse à chaque page. Rainbow, c’est vraiment très bien mais c’est aussi vraiment très dur. L’intrigue se déroule dans une prison pour jeunes délinquants au sortir de la deuxième guerre, avec tout ce que ça implique de violence, de drames humains, de morts, de famine, de surveillants sadiques et d’injustice et d’autobiographie. Le scénariste du manga ayant lui-même vécu une partie de ce qui arrive aux héros.
Je ne sais pas ce que vaut l’adaptation de Madhouse, mais si jamais vous ne savez pas lire, je vous recommande le visionnage de l’animé.

The Tatami Galaxy

Yojouhan Shinwa Taikei

Si vous ne devez en voir qu’un du printemps 2000, Go tatami Galaxy, c’est un OVNI génial comme il n’en arrive qu’un tous les 5 ans. NoetaminA n’a pas généré que des trucs géniaux, mais là c’est CE QUE NOUS VOULONS. Je pourrais vous parler de l’exercice de forme, de montage, de doubalge, du jeu avec le spectateur ou de cette ambiance unique, impossible à rattacher à autre chose, mais je vais juste me contenter de vous appâter avec un pitch loin de résumer toute la saveur du bidule : alors qu’il pensait passer des années géniales à l’Université, rencontrer l’amour et se faire des amis, le Protagoniste (sans nom) perd son temps dasn un club nul, tiré vers le bas par Ozu, une sorte de sidekick démoniaque jamais avare en mauvais conseils.
Le premier épisode s’achève sur l’échec total de cette période universitaire… Avant de se rambobiner et de laisser une seocnde chance au héros.  Et c’est parti pour 11 épisodes de nawak total, autoréférentiel, flamboyant, regardez-le.

Giant Killing

Giant Killing

J’en ai parlé ailleurs, mais cette série n’est pas faite pour moi. Oh, y’a rien de spécial à dire, tout tient la route, là-dedans, c’est juste que cette histoire de Football Manager : The Animation n’est pas ma calme, je le crains.
En attendant, si tu es fan de soccer et de stratégie, ou si tu veux découvrir de manière chouette l’adaptation d’un manga fleuve, n’hésite pas. Ca raconte l’histoire d’une star de foot qui devient l’entraîneur d’un club de GROS NULS au bord de la faillite.

Heroman

Heroman

La grosse bouse de la saison, avec Papy Stan Lee au scénar et Bones a la réalisation, la preuve que c’est pas en mélangeant de l’excellent cassoulet à du délicieux sorbet qu’on obtient une étoile au Michelin. Sur la forme y’a pas de repproche à faire, c’est… Du Bones, quoi, ils savent faire.
Mais le fond est une catastrophe. C’est ringard, ça essaye de faire cool mais c’est ridicule, les monstres sont des insectes hideux sans charisme, le tout a une gueule de mauvais sentai qui essaye de se faire passer pour du Marvel, c’est hyper gênant au bout de quelques épisodes. A vrai dire, plus que tout, c’est CHIANT comme la pluie.

PETIT ECRAN d’ordinateur

Je n’ai pas vu les ONA de cette saison

PETIT MGNETOSCOPE

Etrangement, je n’ai jamais pris le temps de regarder les OAV de Black Lagoon. Il faut dire que mes petits sentiments de babtous étaient bien trop accaparés

Nodame Cantabile OAV 2 /  Nodame Cantabile Finale special

Nodame Cantabile OVA 2Nodame Cantabile Finale Special

Si FMA est le meilleur Shonen de tous les temps, Nodame Cantabile est peut-être le meilleur shojo, c’est pas pour rien qu’il a eu droit à un drama, quatre saisons d’animés, un film live, deux OAV et des specials, et bon sang que c’est mérité.
A noter qu’il s’agit là des toutes dernières adaptations du manga, qui viennent conclure l’arc Finale et ses personnages tellement hon-hon baguette. Nodame, c’est aussi une série qui aura gagné en qualité et en finition de saison en saison, et qui méritait bien ces deux petites pépites pour dire au revoir.
Bien sûr, ça ne se regarde que si on a déjà vu les trois saisons de l’animé, sinon on y comprend queudalle.
Pour rappel : c’est l’histoire de deux prodiges d’une école de musique, l’une fofolle et insouciante, l’autre avec un gros balais dans le derche qui vont vivre l’amour sur fond de belle musique classique. C’est extrêmement drôle, fin, complexe et indispensable, voilà.

GRAND ECRAN

Rien n’est arrivé jusqu’à moi so far, mais si quelqu’un peut me dire quelle gueule a le film Trigun, je suis curieux !

SECTION MYSTÈRE DU VIDEOCLUB

Je n’en ai vu qu’un seul :

Arbeit Shiyo

arbait

J’en ai un souvenir d’un truc laid, mais avec des scènes mignonnes, et des personnages féminins qui font des trucs un peu cool au lieu des habituels « Yamete Senpai/Oniichan » (à cause desquels je ne regarde quasiment pas de Hentai).

BILAN

L’été 2010 est une super saison, qui succède à une autre super saison (Durarara !) et qui précède un été heu… PAS AUSSI SUPER.

Arakawa Under The Bridge et Tatami Galaxy me semblent les deux incontournables absolu de la saison (et les OAV de Nodame pour les fans de la série), et y’a des trucs que je ne peux pas juger correctement faute de les avoir vu d’assez près ou d’être la cible (K-On 2, Giant Killing, Rainbow). Même les trucs dont je ne suis franchement pas client (Angel Beats) méritent qu’on y jette un oeil. La déception Heroman est quand même là, mais avec le recul, je ne vois pas bien ce qu’on pouvait attendre de ce projet improbable. Les collaboration Comics/Manga ont quand même tendance à donner de la merde…

Bref, n’hésitez pas à me jeter des tomates pour me dire à quel point vous êtes CHOQUER/DESU que je n’ai pas parlé de Kaichou wa Maid-sama, et à aller consulter mes autres résumés de saison ici.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s