Japanime été 2016 : Bilan du Mois (3)

Yo tt le monde c zali.

Avant le bilan total et (non)définitif de la saison d’animus écoulés, je me sens autorisé, comme ça, pouf, à vous faire mon bilan perso du mois de septembre. Parce que comme ça, ça suit celui de Juillet et celui d’Août, c’est merveilleux.

On va donc commencer par parler, comme d’hab :

Des trucs que j’ai vu depuis un mois et qui ont aucun rapport avec la saison en cours.

D’abord, ceux dont j’ai déjà parlé

ANOTHER (AKA CREEPY UGLY INCESTUOUS COMMUNIST DOLLS)

Another

J’en parlais le mois dernier, hésitant à continuer (j’aime bien les trucs horrifiques) ou à lâcher (c’est chiant quand-même). Eh bien j’ai lâché, c’était trop mou et trop pénible. Aucune putain d’explication sur les images subliminales de marteaux et de faucilles dans le générique, je le crains.

HIMOUTO! UMARU-CHAN (aka RETARDED SWITCH GIRL)

Himouto! Umaru-chan

Là par contre, j’ai un peu continué, au rythme d’un épisode par semaine. C’est fou, parce que la production value est assez élevée, inversement proportionnelle à la qualité du pitch, qui consiste on le rappelle à suivre le quotidien d’une fille parfaite qui est une otaku dégueue à la maison et qui martyrise son frère. C’est comme le Macdo, à haute dose, c’est difficile, mais une fois par mois en confort food, oker.

KATANAGATARI (aka endiré ma main c 1 épée)

Katanagatari

J’ai finalement été un peu déçu. La formule traîne en longueur (pour rappel, les épisodes font presque une heure), avec des passages inégaux, beaucoup de digressions et, peut-être, une volonté d’adapter chaque aspect des romans sans souci de montage particulier. J’ai un peu rushé pour finir, en sautant carrément des passages, ce qui ne m’arrive théoriquement jamais. Bon, ça vaut quand-même le détour, ne serait-ce que pour l’esthétique.

NANATSU NO TAIZAI AKA THE SEVEN DEADLY SINS (Aka spoiler vous en verrez que 6 dans la saison 1)

Nanatsu no Taizai

Le mois dernier, j’étais un peu mitigé par le début, mais j’ai fini par avaler toute la série en quelques jours, même si Netflix insistait à chaque épisode pour me balancer une VF assez crispante. Y’a pas grand chose à dire, c’est un shonen extrêmement convenu (rassemble tes compagnons, convertis les méchants à la justice, personne ne meurt jamais pour de vrai), mais c’est très propre, très efficace. Allez comprendre, mais Diane-best-Waïfu.
Mon principal problème, finalement, c’est le manque de souffle de tout ça. On ne ressent jamais les enjeux d’un FMA ou le côté violent d’un DBZ.
Il y a des trucs très intéressants dans la direction artistique (les démons, les armures), même s’il c’est parfois chelou. L’Op 2 est signé Man With a Mission.
Awww allez on va pas trier les petits pois : vous pouvez y aller.

NORAGAMI (aka demi-fantôme mais elle fait le maximum)

Noragami

Fini et adoré. Je fais une pause en attendant de regarder la saison 2, mais c’est juste par envie d’être impatient de savoir la suite (vous suivez ?). Le trio marche hyper bien, l’action est trépidante, c’est un énorme OUI, je le place devant Ghostbusters dans les trucs de fantôme vus cette saison.

 

SHIGETSU WA KIMI « YOUR LIE IN APRIL » NO USO (aka Ultra despair Nodame Cantabile)

Shigatsu wa Kimi no Uso

C’est trop dur (pour le kokoro) d’enchaîner rapidement les épisodes, alors j’ai pas encore fini. Visuellement et musicalement, c’est toujours époustouflant. Au niveau histoire, bah j’ai lu les mangas, et je sais où ça va, et je sais que ça va pas vers des lendemains qui chantent. Bon, si vous avez pas encore vu ou lu ce chef d’oeuvre, allez-y illico.

Magi : The Labyrinth of Magic (aka Nihon no Babouche)

Magi: The Labyrinth of Magic

Vu un épisode il y a deux semaines, et toujours pas décidé si stop ou encore. Une histoire de gens dans [l’ORIENT GENERIQUE] qui cherchent des labyrinthes. Hmpfh. Je ne suis pas extrêmement convaincu.

Shangri-La (aka l’écologie ça commence à bien faire)

Shangri-La

Houlà, il est bizarre celui-ci, mais je juge sur le premier épisode seulement. Dans le futur, le climat a tellement changé que la jungle est partout, y compris à Tokyo ou croupissent des gens écrasés par une dictature écologique qui vit dans une ville propre, en hauteur. Oui, donc, les méchants, là, c’est des méchants écolos qui font des magouilles financières pour réguler la nature ou je ne sais quoi, c’est TRES BIZARRE et je ne sais pas trop où ça va, j’ai hâte de voir où les autres épisodes vont s’aventurer.

Witch Craft Works (aka Oppai Witch Academia)

Witch Craft Works

Là aussi, je me base juste sur les premiers épisodes (j’aime bien regarder environ 20 animés en même temps), et je ne sais pas encore si c’est du lard ou du cochon. En gros, on oscille entre de la bonne vieille comédie scolaire de harem avec de la magie et un délire de boytoy qui se fait capturer par des sorcières qui lui lancent des immeubles dessus.
J’ai pas encore assez d’éléments pour me prononcer sans dire de bêtises.

Sidonia no Kishi (aka Ugly_Muse_Album.mp2)

Sidonia no Kishi

A chaque fois que je vois Polygon Pictures, je sors mon revolver, disait le poète. Bien que légèrement hypé, et basé sur l’oeuvre d’un mangaka aussi exceptionnel qu’incompris à cause de son hermétisme, Sidonia no Kishi est avant tout une adaptation EXTRÊMEMENT LAIDE. Sorte de démonstration gênante de l’incapacité à produire des CGI en série, on a droit à un truc pas inintéressant, mais surtout rempli de vide, de raideur, d’immobilité et de flou. Que s’est-il passé pour que quelqu’un puisse greenlighter quelque chose qui ressemble à du cell-shading du début de la PS2 ?
Bref, ce genre de trucs sur ma télé, c’est et ça restera pas à ma montre. Même chose pour Ajin, bien sûr.

Ghost in the Shell Arise Border 1 : Ghost Pain (aka Cyber Reboot no Prequel)

Ghost in the Shell: Arise - Border:1 Ghost Pain

Plus personne y comprend rien dans Ghost in the Shell, y’a plus de reboot et de continuité aléatoire que chez DC Comics : après le manga, après l’autre manga, après les films, les OAV, les autres films, les autres OAV, les deux séries télés et en attendant Takeshi Kitano avec un toupet, voici la préquelle/reboot/réécriture/réinterprétation de cette légende du Cyberpunk qui est supposé se passer dans quelques années (mais en 1991 les années 2020 semblaient plus lointaine). J’ai donc tenté d’attaquer cette tétralogie de moyen-métrages qui explorent une nouvelle fois les origines de la section 9 et du Major Kusanagi. J’ai pas grand chose à en dire, en fait : c’est sincèrement sympa, mais je pense qu’un jour il faudra quand-même débrancher cette série qui vieillit de plus en plus vite. J’imagine que je regarderai les trois autres, histoire d’avoir une vue d’ensemble du projet.

On enchaîne avec

Les animés quand même pas très loin de la saison actuelle

AKAGAMI NO SHIRAYUKI-HIME (aka Le petit chaperon roux)

Akagami no Shirayuki-hime

Pas continué, pour une raison expliquée le mois dernier, je veux le regarder en galante compagnie, et on a pas encore trouvé le temps.

Cyborg N°9 vs Devilman (aka le seul Batman v Superman que vous devriez voir)

Cyborg 009 VS Devilman

Les robots les plus vaillants des années 60 opposés au justicier le plus infernal des années 70 ? Probablement le rêve des vieux otakus japonais nostalgique des premières heures de l’animation japonaise, au temps ou Go Nagai n’était pas gâteux.
Cette série de 3 OAV tient parfaitement la route. Mal connaître le matériau d’origine est une vague gêne, mais les enjeux sont rappelés assez brièvement au début de l’histoire, et le tout est assez déconnecté des foisonnants univers de Mighty Number  Cyborg 9 et Devilman. En gros, on comprend rapidement que c’est un démon-justicier qui va se fritter contre des robots-justiciers, et qu’en vrai, tout ceci est la faute de véritables méchants, et que Devilman et les Robots vont finalement aller combattre ces méchants, etc etc. C’est pas une série à regarder pour être surpris : le crossover est parfaitement convenu et assumé tel quel. Comme tous les bons crossover, il est aussi complètement déséquilibré : c’est davantage une suite de Cyborg N°9 qu’un spin-off de Devilman.
Mais soyons francs : ça fait l’affaire. C’est beau, rythmé, parfois spectaculaire, et ça dure le temps d’un bon petit film. A regarder d’un coup d’un seul, avec du popcorn, ne serait-ce que pour dire que vous avez vu un épisode de Devilman dans votre vie sans avoir besoin d’être vieux.

DAGASHI KASHI (aka l’amour c’est du bonbon)

Dagashi Kashi

J’ai fait un énorme pavé en août pour défendre cette série, pour finalement… Oublier d’en regarder la fin après. Il me reste une poignée d’épisodes, je vais rusher ça un de ces quatre.

Mobile Suit Gundam : Iron Blooded Orphans (aka tremper son Biscuit -DANS LE SANG)

Mobile Suit Gundam: Iron-Blooded Orphans

J’ai déjà dit tout le bien que j’en pensais. J’ai brutalement cessé de regarder deux épisodes avant la fin, parce que je veux que la conclusion s’enchaîne parfaitement avec la saison 2 qui va commencer. Est-ce que ça fait de moi un monstre, Internet ?
Bref, je recommande toujours autant.

Sakamoto pour vous servir (aka best huzubandeau)

Sakamoto desu ga?

Même remarque que pour Blanche-neige au pays des Otome, pas eu le temps de regarder la suite.

OVERLORD (aka INCROYABLE QUE CE N’EST PAS S.A.O, LES ANIMES SUR LA REALITE VIRTUELLE LE DETESTENT)

Overlord

Vous me croyez si je vous dit que je pensais regarder Accel World, et que je me suis PUTAIN DE TROMPAY ? Bref, Overlord, c’est, sur les quelques épisodes que j’en ai vu, Sword Art Online avec littéralement le même pitch (des gens coincés dans un meuporg), sauf que le héros c’est SKELETOR, et qu’il a des esclaves sexuelles. On oscille entre l’hommage à la mauvaise fantasy des années 80 et la mauvaise fantasy des années 80 assumée. C’est un peu déplaisant, au fond, de regarder un mauvais MJ faire une mauvaise campagne, mais c’est parfois un peu rigolo aussi, je pense que je vais pousser un peu plus loin.

Sekko Boys (aka Uta no Plâtre Sama)

Sekkou Boys

Exactement le même pitch que tous les animés de beaux garçons qui chantent : une fille doit devenir leur manager et sans doute trouver l’amour, oh mais attendez, c’est AVEC UNE VOLTE-FACE : ces garçons sont des bustes en marbre. Et suite à un traumatisme scolaire, l’héroïne déteste les statues. Vous aurez compris que c’est à la fois bien rigolo et bien débile, parfaitement rythmé (épisodes de 7 minutes dont 1m30 de « achète mon disque »), et beaucoup basé sur le fait que les statues soient incarnés par des doubleurs connus.
Moi j’aime bien ce genre de conneries alors vous savez ce qui vous reste à faire.

Little Witch Academia: The Enchanted Parade

Little Witch Academia: Mahoujikake no Parade

Deuxième film de Little Witch Academia, et j’avais dit le mois dernier tout le bien que je pensais du premier, réalisé avec maestria et trois bouts de ficelle par le jeune studio Trigger. Quelques années et un Kill la Kill plus tard, deuxième film avec toujours le même délire : pas trop de scénar (nos etites sorcières sont de retour et préparent un festival de magie), et BEAUCOUP de sakuga de malade en mode « on vous montre tout ce qu’on sait animer comme des dingues », et ça marche. Parfaitement adapté, le format moyen métrage ne laissent pas une seconde de répit au spectateur, et c’est très bien comme ça. Ruez-vous dessus.

Tonkatsu DJ Agetarou (aka DJ Porc-Pané)

Tonkatsu DJ Agetarou

Peut-être mon coup de cœur total et définitif de ce mois-ci. On suit les aventures du film d’un restaurateur spécialisé dans le Tonkatsu, qui rêve de devenir DJ (je me permet de vous spoiler : il y arrive). Chaque épisode est une aventure hyper positive et hyper feel good qui présente un aspect du métier de DJ. Tous les personnages sont super gentils, les péripéties sont rigolotes, la musique, très electro-chill, est parfaite, et rythme chaque épisode comme un petit clip à danser, mélangeant platines vinyles et technique de cuisson du porc pané. 12 épisodes de quelques minutes, absolument délicieux.

On termine avec :

Les animés de la saison actuelle

BERSERQUE (aka Ugly Berserk)

Berserk (2016)

Toujours pas d’articles de hate-watch ? J’ai commencé à les rédiger, figurez-vous (enfin).

Bananya (aka j’ai 2 ans et qu’est-ce que c’est)

Bananya

C’est toujours bien, même si ça cible toujours un public tellement jeune que je suis capable de comprendre la plupart des mots utilisés alors que je n’ai jamais fait de japonais de ma vie. C’est un chat. Dans une banane. Plein de chats. Dans des bananes.

FUDANSHI KOKO SEIKATSU (aka étrangement : un animé sans subplots romantiques)

Fudanshi Koukou Seikatsu

Continué et FINI. C’était marrant jusqu’à la fin, très, très bien servi par son format de 3 minutes. Meilleur ending de la saison. J’ai beaucoup aimé que le héros et l’héroïne, malgré leur passion commune du Yaoï, n’aient tellement aucun intérêt romantique ensemble que ça soit utilisé comme un gag récurrent. C’est rare et reposant.
Bon après c’est pas très ambitieux non plus…

Mob Psycho 100 (aka Redraw Reigen)

Mob Psycho 100

Fini, pas plus tard que cette semaine. Sur la partie technique, c’est probablement mon animé préféré de cette saison. Une claque visuelle de bout en bout, avec des moments de bravoure totalement fous. Le mois dernier, je regrettais un peu le manque d’envergure et d’enjeux, mais tout le dernier arc de la saison, avec le combat contre la Griffe, c’est tout ce qu’on pouvait en attendre : des bastons incroyables, de l’humour super bien dosé, et UN FESTIVAL DE REIGEN (best husubando) SUR LES DEUX DERNIERS EPISODES.
Au final, j’ai largement préféré MP100 à One Punch Man : c’était largement plus surprenant et moins répétitif. OPM a beau être plus drôle, c’est aussi beaucoup plus classique.
Coup de coeur tardif, peut-être, mais coup de coeur quand-même. La fin ouverte laisse espérer une suite, et c’est très bien comme ça.

ONARA GOROU (aka mon petit prout ne peut pas)

Onara Gorou

Alors vous allez rire, mais j’attendais que tout soit diffusé pour continuer à regarder ce qui aura été une des heu « bonnes » surprises de la saison. Je n’ai plus d’excuse pour reculer, il faut sauter dans cette histoire de prout qui parle et donne des leçons de vie aux délinquants.

Orange (aka not numéricable)

Orange

J’ai regardé d’un oeil très distrait ce bon petit shojo qui vient de se terminer. Adaptation un peu fauchée (et un peu outsourcée au Vietnam) d’un manga court et intense, ça fait parfaitement le job. Quelques minuscules corrections à l’intrigue du manga ajoutent un peu de grâce et de mystère à cette histoire de voyage dans le temps pour sauver un adolescent en proie à la dépression. Belle histoire d’amour et surtout d’amitié, bon délire, mangez-en, c’est plein de bonne Vitamine Feel.

FOOD WARS 2ND SERVICE AKA SHOKUGEKI NO SOMA NI NO SARA AKA BOUFFE BAGARRE LE RETOUR

Shokugeki no Souma: Ni no Sara

Le concept de « stagiaire » est tellement français qu’il semble avoir filtré dans le langage nippon : nos bouffe-bagarreurs ont donc fini leur stage dans des restaurants, après en avoir fini avec la bouffe-bagarre d’automne. Plus cours, et beaucoup mieux rythmé que la saison 1 (moins de digressions à base de tentacules et de kyah~kyah dans la culotte). Vivement la suite.

DANS LA POUBELLE

Bon, ce mois-ci, j’ai le regret de vous annoncer que j’ai droppé This Art Club Has a Problem! (c’était vraiment chiant), New Game (finalement, si je veux voir des gens être content de faire des heures sup, je regarde mon agenda et je me souviens que c’est pas vrai), Jormungand (J’ai lâché vers la fin de la saison 1 qui continuait pourtant à me crier « je suis blak lagoon bb revien stp » mais personne y croyait), Dance With Devils (no comment) et Fukigen na Mononokean (c’était bien, mais c’était pas trop ma came).

CONCLUSION

Mes recos pour ce mois-ci sur les animés diffusés en ce moment : Tonkatsu DJ (s’est fini y’a pas si longtemps), Bananya (toujours), Fudanshi koko Seikatsu (drôle jusqu’à la fin), Mob Psycho 100 (le plus beau et le plus spectaculaire de la saison) Orange (c’était bien), Food Wars (miam)

Mes recos pour les trucs plus anciens : The Seven Deadly Sins (la suite a été diffusée cet été btw), Noragami (il me tarde la S2 qui est dans ma watchlist), Your Lie in April (snif),  Cyborg N°9 vs Devilman (pif pouf boum !), Dagashi Kashi (envers et contre tout), Gundam Irod Blooded Orphans (la S2 arrive !), Sekko Boys (c’est vraiment très drôle), Little Witch Academia (vivement la série télé).

Le mois d’octobre arrive, il va être temps de faire le bilan de saison, et dans un mois, je vous dirais ce que je pense de toutes les nouveautés que j’aurais eu le temps de zyeuter un peu ! N’hésitez pas à retrouver mes pronostics ici !

En attendant, tous mes articles weeb sont là. My Anime List ici pour que vous vous moquiez de mes goûts, parce que c’est Internet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s