Durr-Hurr un disque (archive de 2009 avec anecdotes sur le métier de disquaire)

Article de 2009 annoté en italique si besoin.

Tiens, une petite histoire que je voulais raconter depuis longtemps.

J’ai été brièvement, l’an dernier, engagé comme vendeur de CD/DVD/Jeux Video/Ipods dans une grande surface culturelle, gilets bleus included. Je voulais raconter cette histoire dans une grande fresque pathétique et lolante, et puis une bdblogueuse m’a pris de court :
51V7nWGDqYL

Tout ce qu’a fait Leslie Plée depuis est encore mieux !

Cette BD relate tellement bien mon expérience, et y’a tellement rien à ajouter, et c’est tellement awesome, que bon, ma fresque sur l’enfer de Cultura une grande surface culturelle à gilets bleus restera à jamais lettre morte. Et moi je suis resté 4 mois. Cette fille est resté 2 ans. Que puis-je face à une sado-maso pareille ?

Néanmoins, j’ai collecté quelques paquets d’anecdotes et de faits en quelques mois, notamment des histoires de clients relous et/ou retardés (ou vieux, c’est pareil). D’expérience, les clients les moins relous étaient les clients JV. Ils savaient ce qu’ils voulaient (exception : les vieux qui voulaient une DS pour l’entrainement cérébral) et au pire, si on l’avait pas, ils allaient l’acheter ailleurs. Autres gens absolument pas relous : les clients Death Métal et Rap, qui savaient aussi totalement ce qu’ils voulaient et partaient du principe -ils avaient raison- qu’on y connaissait rien.
Pas trop relous non plus : les gens qui voulaient des DVD et des Ipods, à part quelques fins connaisseurs qui ne repartaient pas sans ce qu’ils voulaient avec exactitude (quoi ? une édition rené chateau vidéo de 2003 ? Je ne repartirai pas sans la version remasterisée du troisième trimestre 2005 ! Vous êtes une honte, Jean Marais doit se retourner dans sa tombe je vais aller l’acheter à la FNAC*)
Pas trop relous, mais déjà un peu plus : les clients musique Variété/Rock/World. Mais passons.
Relous suprêmes : les clients Jazz et Classique (ça s’est avéré vrai en bibliothèque aussi). Elitistes, pète-couilles, avides de trucs introuvables, jamais édités, d’intérprêtes kazakhs, qui veulent des K7, des VHS musicales, qui se sentent supérieurs et qui te traitent comme une merde parce que t’as pas un master en Jazz, ou que t’as osé leur conseiller un truc trop mainstream sous prétexte que tu ne savais pas qu’ils étaient diplômé d’un grand conservatoire. Bref. Les clients Jazz et Classique étaient des cons. Je détesterais tellement bosser chez Harmonia Mundi, quoi. (surtout maintenant lol)

Et puis, niveau musique, il y avait une catégorie tout à fait à part : les petits vieux ou les ménagères désespérées qui voulaient « le dernier truc qui passe en boucle à la radio ». Quand c’était Christophe Mae (cette sale merde qui pue de Christophe Mae) ou Grégoire (Ce sac à merde sous tranxene et prozac en même temps), ça allait. Mais quand c’était un artiste plus ou moins anglo-saxon, alors là. (vous avez totalement oublié Grégoire, pas vrai ? Un plus un plus ma bite plus tout le monde gnagnagna)

Exemple 1 (reconstitué avec approximations)
Vieux : « Bonjour madame la marchande, vous avez le cd de la fille qui fait des trucs bizarres ?
Med : « Plaît-il ?
_ Mais si, vous savez, celle qui fait des trucs… Bizarres. Qui provoque, là.
_ Mylène Farmer ?
_ Non, vous savez, celle qui a le chapeau ?
_ Dolly Parton ? (là, je commençais déjà à transpirer)
_ Mais non, celle qui dans le clip, elle danse avec des filles.
_ Christina Aguilera ? Juliette ? Edith Piaf ? Jeanne Calment ?
_ Mais non celle qui embrasse des filles avec la langue.
_ =_= » Oh, souds more liek Katy Pery, amirite ? »

Katy Pery = La fille avec un chapeau qui embrasse des filles avec la langue.

Exemple 2
« Bonjour larbin, vous avez le CD de la fille qui va mourir ?
_ P… Pardon ?
_ La fille qui va mourir, vous savez ?
_ Q… Quoi ? Heu vous voulez dire, heu… Dorothée ? Jeanne Mas ? Nana Mouskouri ?
_ Mais non, celle qui a la choucroute, et les cils. CELLE QUI VA MOURIR, QUOI.
_ A… Amy Whinehouse ?
_ C’EST CA ! ELLE VA MOURIR ! C’est vraiment bien comme musique. Mais elle fera jamais de deuxième album, hein. Amy Whinehouse = La fille qui va mourir (ça doit aussi marcher au masculin avec Pete Doherty) (elle a bien fini par faire un deuxième album, mais sinon, c’était bien vu.)

Exemple 3
« He, connard, vous avez le CD des deux filles ? »
(là je savais que ça allait durer longtemps)
« Le ?
_ Le Cd des deux filles. Vous savez « Ta Ta Na na NA NIN nin niiiin »
_ Désolé je – heu…
_ Mais si, je chante bien. Vous savez, les deux filles ! « Ta Na Niiiiin ». C’est très lent.
_ L… Quoi ? C’est quel genre ?
_ C’est très lent. En anglais. C’est deux filles, qui chantent et c’est très bien. Mais si, vous savez, a la radio, tout le temps « NANANA TUTU Niiiiin niiiiiin »
(long moment awkward et répétitif)
_ MAIS ENFIN MONSIEUR, VOUS AVEZ BIEN LA RADIO ! ILS DISENT TOUT LE TEMPS « C’ETAIT LES DEUX FILLES » après leur chanson.

Et soudain, c’est le déclic.

duffy_rockferry

Duffy = Les Deux filles.

* Ami client. Quand on ne trouve pas un truc dans un magasin, sachez que hurler au vendeur « je vais aller l’acheter chez la concurrence » n’est nullement pris comme une insulte, ni une vexation, ni un trolling efficace. La seule chose qui nous retiens de dire « ok, bah allez-y, bon débarras » est l’incertitude de ne pas avoir un chef dans le dos, avec deux grandes oreilles qui trainent.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s